Menu Close

L’abandon de l’alphabet écrit au profit de l’alphabet visuel (2011)

J’ai traduit un texte que j’ai publié sur mon blog en 2017. Cette recherche reprend les prémisses d’une étude que j’ai conduite de 2010 à 2014 sur l’abandon de l’alphabet écrit au profit de l’alphabet visuel, sous l’influence des réseaux sociaux. Cette étude a été publiée en 2015 par la SFSIC aux Éditions l’Harmattan:

On est les eleves d’un processus d’apprentissage mene par les plateformes. Les plateformes ont évolué d’une manière qui nous a incités à ne plus écrire.

  1. Ainsi, le passage des plateformes de blogging aux plateformes de microblogging (comme Twitter) marque le passage du texte narratif propre aux blogs au texte court de type SMS. Les réseaux sociaux qui ont suivi le microblogging ont continué à restreindre l’alphabet écrit et à donner une place importante aux images (sur Facebook, la photographie a plus de succès que le texte) […] des réseaux sociaux basés presque exclusivement sur les images sont apparus : Pinterest, Instagram et Snapchat. À l’heure actuelle (2017), la tendance mondiale est que les utilisateurs de Facebook se retirent, c’est-à-dire qu’ils utilisent moins leur compte et sont très actifs sur Instagram et Snapchat, ce qui est un indicateur des préférences pour la communication visuelle. Le contenu visuel est adapté aux médias sociaux, c’est un produit des réseaux sociaux.
  2. Les réseaux sociaux ont introduit des commandes sous forme de boutons qui remplacent les mots. Vous appuyez sur le bouton “Partager” et vous n’avezplus besoin d’écrire un seul mot. Ce bouton remplace une phrase : “J’aime cette publication, c’est pourquoi je la partage avec mes amis”. Le nombre de ces commandes n’est pas très élevé, il n’estdonc pas nécessaire de connaître beaucoup de mots pour en comprendre la signification et les utiliser : “Partager”, “J’aime”, etc., c’est simple. Vous n’avezpas besoin de connaître tout l’alphabet pour naviguer sur les réseaux sociaux. Les gens se sont tellement habitués à ne plus écrire sur Facebook qu’à un moment donné, ils ont trop utilisé le bouton J’aime(en le pressant même dans des situations qui dépassaient sa signification – ils ont aimé les photos des attentats à Paris, les photos de corps brûlés après la tragédie de Colectiv – donc ils n’utilisaient pas les significations primaires, mais ajoutaient de nouvelles), ce qui montre une seule chose : ils ne veulent plus écrire. Et Facebook est venu répondre àce désir (qu’il a lui-même créé) et a diversifié le bouton J’aime. Qui vous offre plus d’options – pour ne plus écrire et appuyer sur des boutons à la place.
  3. Les autocollants et les emojis vous invitent également à ne plus faire d’efforts et à ne plus utiliser l’alphabet écrit lorsque vous voulez transmettre des messages via des commentaires. Vous pouvez remplacer des phrases entières par des autocollants (quand j’ai dit pour la première fois au Forum Transméditerranéen de Marseille en 2014 que les autocollants remplaceront complètement les textes dans les commentaires, les gens étaient assez sceptiques – cependant, ce que j’ai dit à l’époque se produit aujourd’hui 🙂).
  4. Et les applications vous aident à abandonner l’alphabet écrit : vous cliquez sur check-in au lieu d’écrire “Je suis à tel endroit”. Vous n’avez plus besoin d’écrire, vous devez simplement appuyer sur des boutons. Et les mots nécessaires pour communiquer, qui ne sont pas nombreux, représentés par ces commandes, deviennent une petite partie de l’alphabet que vous devez encore connaître pour communiquer sur les réseaux sociaux. Le reste de l’alphabet, c’est-à-dire la plus grande partie, n’est plus absolument nécessaire, vous pouvez le laisser de côté.
  5. Les tendances créées par les réseaux sociaux sont déterminées et dynamisées à leur tour par les changements technologiques. Il y a un changement important de paradigme de communication : nous ne cherchons plus l’information, c’est l’information qui nous cherche. Les appareils qui faisaient partie du premier paradigme et qui nous demandaient de les suivre pour recevoir l’information disparaîtront : la télévision et l’ordinateur de bureau. Ils seront remplacés (ils le sont déjà) par des appareils qui font partie du deuxième paradigme de communication (nous apportent l’information partout où nous allons) : le téléphone portable, l’ordinateu rportable, la tablette, la montre intelligente. Combien  d’entre vous n’ont pas consulté leur smartphone pendant une heure de cours, pendant une réunion oumême lorsque vous sortez avec des amis en ville ? Vous l’avez fait pour consommer de l’information, car la télévision n’est pas toujours à vos côtés, c’est-à-direqu’elle ne suit pas votre mode de vie, mais vous demande de vous en créer un spécial pour elle. C’est pourquoi elle disparaîtra, comme un dinosaure. Nous nous souviendrons avec amusement des moments où il fallait se déplacer là où se trouvait la télévision, dans une pièce, et rester devant ellependant toute la durée de la consommationd’informations. Nous nous souvenons déjà avec amusement des moments où il fallait rentrer chez soi, brancher l’ordinateur sur le réseau et s’asseoir sur une chaise devant lui pour se connecter àFacebook. Non ? 🙂 Il y a 7 ans, lorsque je disais que les ordinateurs de bureau et les téléviseurs seraient abandonnés et que l’information serait produite et diffusée en ligne, par l’intermédiaire de téléphones portables, de tablettes et de montres, le monde était assez sceptique. Maintenant, ce que je disais alors s’est réalisé. En 2010, j’écrivais ces prémisses pour l’avenir. J’aime les écrire maintenant au présent 🙂 Les téléviseurs disparaîtront également. Facebook a déjà annoncé qu’il allait lancer des applications qui projettent des images de type écran de télévisionp artout où nous le voulons. J’écris actuellement cetexte dans un café. Avec l’application Facebook, je vais projeter un écran de télévision sur le mur devant moi et regarder les infos. Ou …… Got Talent, The Voice of ……, ou MasterChef, les seuls moments où les gens regardent encore la télévision. La télévision va migrer sur le téléphone et dans les applications Facebook que nous projetterons où nous sommes. Le fait que les réseaux de téléphonie mobile retransmettent des programmes de télévision (Orange TV, HBoGO) est un bon signe dans ce sens. Ainsi, les grands dispositifs qui nous obligeaient à les suivre pour recevoir des informations seront remplacés par de petits dispositifs qui nous apporteront l’information oùque nous soyons. Ces dispositifs ont des écrans petits et portables qui favorisent l’image plutôtque le texte. Il est difficile de lire un livre sur un téléphone portable ou une montre, mais il est facile de déchiffrer des photographies – c’est pourquoi Instagram et Snapchat ont été lancés sur téléphone. Le fait que les dispositifs de la deuxième paradigme de communication ont de petits écrans (par rapport aux ordinateurs de bureau et aux téléviseurs) est une nouvelle prémisse technologique, pour abandonner l’alphabet écrit et communiquer par images.
  6. Le mot d’ordre pour passer de l’alphabet écrit à l’alphabet visuel est “facile”. Nous passons d’un réseau à l’autre pour rendre les choses aussi faciles que possible, sans effort cognitif. Déchiffrer une image demande moins d’effort intellectuel que déchiffrer un texte. Et les réseaux sociaux rendent tout aussi facile pour nous. Il n’y a pas de critères culturels ou éducatifs pour valider le contenu -n’importe qui peut publier n’importe quel message. Il n’y a pas de filtres culturels ou éducatifs pour ouvrir un compte sur un réseau social (on n’a pas besoin d’un test de grammaire pour ouvrir un compte Facebook). Il n’y a pas d’autorités pour valider le contenu, comme c’est le cas pour les livres ou la publication de messages de presse, où les articles passent par le filtredes éditeurs, du rédacteur en chef, etc., avant d’être publiés. Il n’est même pas nécessaire d’être un bon connaisseur de l’alphabet pour réussir dans les réseaux sociaux. Les États-Unis, qui ont le plus grand nombre d’utilisateurs de Facebook, ont été dépasséspar l’Inde, où il y a 800 millions d’analphabètes. Un des concepts de base des médias sociaux, le contenu généré par les utilisateurs, a conduit à “l’apparition d’un nouveau système de validation de l’information,dont les nouvelles valeurs sont : facile, rapide et sensoriel” (Horea Badau 2011, p.24). Le contenu vidéo a du succès car il rassemble ces valeurs.
  7. Ce succès de la vidéo entraîne un changement important dans les habitudes de consommation d’information : les utilisateurs des plateformes sociales perdent l’habitude de la lecture. Face à l’assaut de l’image, le texte devient un fardeau difficile à déchiffrer, en tant que porteur d’informations. Après avoir pris l’habitude de consommer beaucoup d’images, les textes longs deviennent des portions de désert impossibles ou extrêmement pénibles à traverser. Ce que j’ai écrit en2010 a été validé aujourd’hui. Voici ce que disent les auteurs des manuels scolaires en février 2017 : “la nouvelle génération d’élèves comprend difficilementl’écriture du début du XIXe siècle et n’apprécie plus le plaisir de lire. Par conséquent, selon le nouveau programme scolaire, les élèves étudieront égalementdes textes non littéraires tels que des publications enligne, des prospectus ou des SMS”. Parce qu’ils ont perdu l’habitude de lire. Ce que je disais en 2010 s’est produit en 2017. Le mécanisme est très bien illustré par le débat actuel en France pour le rétablissement des sous-titres dans les films diffusés à la télévision. Après des années de consommation de films doublés en audio, les téléspectateurs ne peuvent plus regarder les films sous-titrés pour une raison très simple : ils ne peuvent plus suivre la vitesse d’affichage du texte. Plus précisément, ils ne seraient pas en mesure de lire les sous-titres, ils devraient constamment arrêter le film pour finir de lire les phrases, car ils ont perdu l’habitude de lire rapidement. Le même mécanisme fonctionne également sur les réseaux sociaux. À l’échelle mondiale, en moins de cinq ans, Instagram est devenu unevéritable star des médias sociaux, suivi de Snapchat, qui connaît une croissance extrêmement rapide. Nous perdons l’habitude de lire beaucoup et nous ne pourrons plus le faire.
  8. Un autre facteur important de l’abandon de l’alphabet écrit et de la communication par images est que la majorité décide. Sur les réseaux sociaux, il est très important d’être social, de faire partie d’une communauté. Et pour faire partie d’une communauté, il faut partager les mêmes valeurs et les mêmes mots que les autres membres du groupe. Les “étrangers” qui utilisent de nouveaux mots à la place de ceux consacrés seront rejetés. Ils descendront dans la “spirale du silence” (1992, p.67) et utiliseront la petite partie de l’alphabet mise en commun par tousles autres pour être acceptés dans la communauté. Dans un groupe Facebook où la où la plupart écrivent avec des erreurs grammaticales, ceux qui sanctionnent les erreurs grammaticales seront rejetés. Avoir des relations, interagir est plus important que de savoir écrire. Faire des remarques dans un groupe où les gens écrivent avec des erreurs grammaticales peut être perçu comme un actemalveillant, antisocial. La connaissance de l’alphabet perd de plus en plus en importance. Et pour ceux qui écrivent avec des erreurs grammaticales, la photographie sera toujours un refuge salvateur. (TIKTOK!) La photographie est crédible. Dans les réseaux sociaux ,ce que vous écrivez et comment vous l’écrivez est moins important – ce qui compte, c’est d’être présent dans la vie sociale de vos amis – être là quand ils publient, valider leur message à l’aide de boutons. Et la vie sociale est liée à l’expérience personnelle de chaque personne dans le réseau. Une expérience qui est crédible car elle a été vécue par un ami, c’est-à-dire une personne digne de confiance. Et le moyen le plus crédible de représenter une expérience personnelle est la photographie – la réflexion de la réalité. La photographie est crédible, elle témoigne de l’expérience vécue et certifie la véracité de l’information publiée – la tendance du «selfie» en est un excellent exemple. La communication personnelle dans les réseaux sociaux signifie la communication de soi, qui devient la nouvelle réflexion de la réalité. Une réalité filtrée personnellement. Et la communication de soi est plus facile à réaliser avec l’aide de photographies – l’introspection à l’aide de mots est plus difficile. La photographie est le miroir que nous portons toujours avec nous et que nous partageons avec les autres. Parce que dans les réseaux sociaux, dans la réalité virtuelle, nous vivons des expériences à travers l’autre. Nous voyageons, nous mangeons (les photos de repas copieux ont beaucoup de succès), nous tombons amoureux grâce à nos amis – a l’aide de leurs miroirs. Et ce sont des miroirs-photo, pas des miroirs-texte. Et l’intérêt des utilisateurs de réseau montre clairement l’importance de l’image par rapport au texte : « un message composé d’une image reçoit 10 fois plus de partages et de likes qu’un message composé uniquement de texte écrit, et les publications sur Facebook qui contiennent également une image reçoivent en moyenne deux fois plus de commentaires que celles qui ne contiennent que du texte » (Horea Badau 2011, p. 36). La meilleure façon de construire un message réussi dans les réseaux sociaux est le texte écrit sur l’image. Les photographies sont de plus en plus faciles à réaliser et à éditer, avec l’aide des programmes photo disponibles sur les nouvelles plateformes et applications. Et le contenu visuel exprime le mieux les émotions, une catégorie de messages qui connaît le plus grand succès dans les réseaux sociaux.
  9. Nous allons passer au Web 3.0 et nous n’écrirons rien du tout. Qu’est-ce que le Web 3.0? Lisez ici. Le présent signifie déjà la communication visuelle en ligne en 3D. Facebook a acheté Oculus, la société numéro 1 sur le marché des lunettes de jeu (comme les lunettes Google), et Mark Zuckerberg, son fondateur, a annoncé qu’à partir de l’automne2017, tous les détenteurs de comptes sur le réseausocial communiqueront sur le chat avec l’aide de lunettes 3D. Par conséquent, l’alphabet écrit ne sera plus utilisé sur Facebook. Dès que les premières lunettes 3D seront adoptées par les utilisateurs, ceux qui continueront à écrire sur les réseaux sociaux paraîtront aussi vieux que ceux qui continuent à utiliser des téléphones à touches par rapport aux utilisateurs de smartphones. Avez-vous encore des téléphones à boutons? Si non, pourquoi les avez-vous abandonnés? Pour la même raison, les smartphones seront abandonnés (disparus dans 10 ans) et nous communiquerons en 3D avec d’autres appareils. Nous créerons des contextes, une plage d’Hawaï et des personnages (je serai un chat, vous serez ce que vous voulez) et nous discuterons sur la plage d’Hawaï lorsque nous initierons une conversation sur le Messenger de Facebook. Et ceux qui continueront à taper seront considérés comme des gens du Moyen Âge : ”tu tapes encore?” ”Je bois un jus sur une plage à Hawaii”. Vous ressentirez tout, grâce à l’aide de capteurs attachés à votre corps, de sorte que tous vos sens seront connectés à la nouvelle réalité virtuelle, la rendant ainsi extrêmement réelle. Nous serons physiquement chez nous et en même temps, nous pourrons sortir virtuellement dans un café grâce à un monde 3D créé avec l’aide de lunettes. La situation où plusieurs personnes sortent dans un café dans le monde réel, mais restent toutes sur leur téléphone, parlent entre elles et font un check-in sur Facebook est déjà un cliché. Ils veulent en fait entrer et rester dans le monde virtuel. Ce qui est déjà, même si nous ne sommesqu’en 2D, beaucoup plus intéressant que le monde réel. Dans le Web 3.0, apparaîtra également l’assistant personnel autonome et intelligent avec lequel nous pourrons parler. Il parlera avec nous, exactement comme un GPS, sauf qu’il sera intelligent, autonome et humanoïde. Imaginez écrire des messages au GPS. Cela serait amusant, n’est-ce pas ? Nous n’aurons plus besoin d’écrire, car utiliser nos doigtspour communiquer via un petit clavier sur un appareil mobile deviendra une chose du passé. Le logiciel de reconnaissance vocale connaît une croissance rapide pour devenir l’une des composantes clés de la technologie Web 3.0. Non seulement Siri ou Katie exécuteront nos commandes vocales, mais elles devineront également nos désirs avant même que nous les exprimions et les réaliseront pour nous. Ensuite, nous pourrons avoir des conversations de courtoisie avec notre assistant personnel, qui sait déjà tout sur nous et rendra notre vie plus belle sans que nous ayons besoin de demander quoi que ce soit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Page Reader Press Enter to Read Page Content Out Loud Press Enter to Pause or Restart Reading Page Content Out Loud Press Enter to Stop Reading Page Content Out Loud Screen Reader Support